Blogue
25
07
2016
Camp Triathlon Québec

Triathlon Québec: Comment faire la roue en peloton ?

Du 8 au 10 juillet dernier avait lieu le camp d’entraînement de Triathlon Québec pour les meilleurs jeunes triathlètes du Québec. Ce camp réunissait une quarantaine d’athlètes de partout à travers le Québec afin de créer des conditions gagnantes pour pousser la machine et sortir des gros entraînements de qualité.  Les jeunes étaient supervisés par des entraîneurs d’expérience d’un peu partout en province :

  •    Francis Sarrasin-Larochelle (Triathlon Québec)
  •    Marc-Antoine Christin (Club de triathlon Phoenix)
  •    Jérôme Bresson (Club de triahtlon Sherbrooke)
  •    Christopher Picard (Triathlon Rive-Nord)
  •    Alex Sereno (alexsereno.com)

J’ai eu le privilège de fournir mon expertise de positionnement en physiothérapie à plusieurs athlètes très prometteurs en plus d’entraîner leurs habiletés et tactiques sur route lors des portions vélo du camp d’entraînement Triathlon Québec.

Voici un vidéo qui résume quelques points-clés à maîtriser lorsqu’on veut faire la roue dans un groupe à vélo.

Tout d’abord, avant de résumer les conseils pour avoir un travail de « pack » efficace, je tiens à mentionner l’excellent travail des triathlètes dans le vidéo.  Les filles que j’ai eu la chance de coacher sur route se sont grandement améliorer durant le camp et c’est principalement grâce à une meilleure communication au sein de leur groupe!

Donc premier point super important :

  • Assurer une communication claire et précise entre les cyclistes.
  • Il peut être pertinent de définir en avance les termes utilisés au cours de la sortie à vélo afin que tout le groupe soit sur la même longueur d’onde.
  • « Last » est utilisé pour le dernier cycliste de la ligne afin d’indiquer au cycliste qui « descend » la roue qu’il devra se placer derrière lui.
  • « Clear » est utilisé par le premier cycliste de la ligne qui « descend » afin d’indiquer au cycliste qui vient de donner son effort en avant, qu’il peut rentrer dans la ligne qui descend sans toucher les roues.

Ensuite :

  • Rester le plus près possible l’un de l’autre dans le « pack » afin de maximiser l’effet « drafting »
  • Autant pour les cyclistes les uns derrière les autres que pour les deux lignes de cyclistes il est essentiel de garder le « pack » le plus compact possible afin d’améliorer l’effet de sillonage.
  • Ne focussez pas sur la roue arrière de la personne devant vous. Vous ne verrez pas les trous et autres obstacles.

Finalement :

  •  Choisir la ligne qui « monte » et la ligne qui « descend » en fonction  du vent!
  • La ligne qui « monte » va plus vite et fournie plus d’effort.  Pour cette raison il est essentiel que celle-ci soit protégée du vent par la ligne qui descend.
  • Exemple : vent de la gauche… 😉 exact, c’est la ligne de droite qui monte et la ligne de gauche qui descend afin que les cyclistes qui ont fini leur effort puissent bloquer le vent à la ligne qui monte et qui produit son effort!

Sur ce, je vous conseil aussi de visiter l’excellent blogue de mon ami Alex Sereno et coach pour des compléments d’informations sur le coaching, le marketing et le café.

Auteur Guillaume Coutu

Commentaires
0

Laisser un commentaire

Top