Blogue
12
03
2019

Positionnement de triathlon avec une triathlète professionnelle

Ce que l’on peut apprendre d’un positionnement avec une triathlète professionnelle (3 points-clés)

Le présent article vous permettra de comprendre que vous n’êtes sans doute pas si différent d’une athlète professionnelle lorsque vient le temps d’optimiser votre positionnement de triahtlon. Bien sûr, vous avez des objectifs différents, mais les éléments à améliorer sont souvent très similaires.

J’ai eu récemment la chance de recevoir la triathlète Caroline St-Pierre à la clinique pour une séance d’évaluation et de positionnement en physiothérapie.  Lors de cette rencontre, nous avons pris le temps de bien analyser le portrait musculosquelettique et fonctionnel de l’athlète avant d’embarquer sur le vélo.  Nous avons aussi passé en revue les différents antécédents de Caroline afin de bien cerner les points à améliorer.

Le plus drôle lorsque je discute avec les athlètes à la clinique, c’est qu’ils sont en général très conscients des erreurs qu’ils ont commises dans le passé. Caroline, dès le début de notre discussion, m’a mentionné qu’elle avait subi une blessure la saison dernière et que c’était “complètement de sa faute”.  Elle m’a donc expliqué, que quelques jours avant le “70.3 Mont-Tremblant” , elle avait changé de pédales. Elle possédait auparavant des pédales polar Look (plus épaisses) et roulait maintenant sur des nouvelles Look Kéo (plus mince). Ce faisant, la hauteur relative de sa selle (selon l’angle au genou) n’était plus la même. Elle a donc parcouru “180” km avec un positionnement de triathlon non optimal, ce qui entraîna une blessure au niveau de l’articulation sacro-iliaque.

#1 Ne pas changer d’équipement et de positionnement à moins de 6 à 8 semaines d’une grosse compétition.  Votre corps à besoin de temps pour s’adapter.

Deuxièmement, comme beaucoup de triathlète longue distance, Caroline a des antécédents de douleurs lombaires.  Nous nous étions déjà rencontrés en clinique en 2016 et les problèmes de douleurs étaient alors un facteur limitant de sa performance. Depuis, Caroline a pris en charge sa condition de manière optimale en améliorant sa routine de renforcement et en adaptant sa préparation physique spécifique.  Fini les mouvements d’haltérophilie avec charge importante, place au travail des stabilisateurs et mouvements fonctionnels avec le poids du corps. Caroline est maintenant très assidue dans sa routine d’exercices et comprend que c’est la clé de la prévention des blessures.

#2 Adapter son plan d’entraînement et accepter de revenir en arrière dans la progression afin de bâtir des fondations solides pour le développement des habiletés spécifiques par la suite. “En faire trop et trop vite” c’est une tendance que l’on observe souvent chez les athlètes sérieux qui développent des blessures.

Notre séance d’évaluation et de positionnement débute toujours par un examen musculosquelettique complet.  Lors de nos différents tests, Caroline s’était clairement améliorée dans plusieurs aspects de sa condition physique.  Malgré tout, certaines zones de faiblesses ont pu être identifiées rapidement au niveau de la mobilité de la hanche et de la tension dans la chaîne postérieure des membres inférieurs.  

Étant donné les exigences élevées de son positionnement de triathlon au niveau de la mobilité de la hanche par exemple, Caroline devra poursuivre son programme d’exercices spécifiques.  De plus, à la suite du positionnement sur le vélo, nous avons conclu qu’il serait pertinent d’ajouter le mouvement de squat avec élastique et la fente arrière alternée afin de continuer à faire de gain de mobilité et de stabilisation au niveau de la hanche.

#3 La clé du positionnement réside souvent dans l’amélioration des capacités musculosquelettiques et fonctionnelles de l’athlète en dehors du vélo.  

Félicitations si vous avez lu cet article jusqu’à la fin. Vous êtes un(e) athlète sérieu(se)!

Partagez le lien avec vos ami(e)s.  Ensemble, continuons d’éduquer les sportifs.

Auteur L'Équipe Physiovélo

Commentaires
2
Sylvie Roy

Très intéressant! Merci 🙂

Mathieu Rivard

Excellent article Guillaume! J’adore ton point #2. Quand je regarde la progression des athlètes qui performent bien, je réalise que c’est le fruit du travail de plusieurs années avec une augmentation de charge progressive. J’ai vu bcp plus de gens se blesser avec une augmentation de charge rapide (moi y compris) que de gens qui en ont tirer de réels bénéfices.

Laisser un commentaire

Top